Sécurité sur internet

Internet est aujourd’hui incontournable. Difficile d’imaginer ta vie sans ordinateur, ni internet, ni téléphone portable n’est-ce pas ? Elle serait en tout cas très différente de ce que tu connais. Nous sommes tous d’accord, internet offre des possibilités fantastiques dont la plupart n’ont plus aucun secret pour toi : surf, jeux en ligne, chat, skype, facebook, etc. Mais en tant qu’internaute averti, tu sais probablement que tout ne tourne pas toujours rond sur la toile. Comme dans la vie réelle, tu dois être attentif à tes fréquentations, à ce que tu fais et à ta façon de le faire. Il s’agit tout simplement d’agir de manière responsable pour que tes activités sur le web restent un plaisir, en toute sécurité. Ce site a été conçu pour t’y aider.

Afin de vous aider à profiter au mieux d'Internet, nous avons regroupé ici quelques informations et conseils qui peuvent vous être utiles. Consultez-les et surtout n'hésitez pas à partager vos avis, trucs et astuces en laissant vos commentaires avisés. Cet espace est le vôtre, exprimez-vous !

Nos conseils aux adolescents

Bien choisir son pseudo

Le pseudo ou « pseudonyme », vous connaissez son utilité pour préserver votre anonymat sur ce réseau ouvert au monde entier qu'est Internet. Mais avez-vous une vraie stratégie lorsque vous choisissez votre ou vos pseudos ?

Le choix du pseudo se fait souvent très rapidement, sans vraiment réfléchir, et bien souvent par défaut et énervé parce que tous ceux que l'on aimerait sont déjà pris. Pourtant le choix d'un pseudo n'est sans conséquence. Vous le choisissez et il dit immédiatement des choses de vous. En ligne, c'est souvent la première chose que l'autre voit de vous. Une raison de réfléchir un peu pour ne pas se faire harceler­!

Conseils clés

  • Ne jamais mettre d'info personnelle d'ordre privé comme votre nom complet, votre numéro de téléphone, votre adresse ou autre numéro de portable dans votre pseudo... sinon vous ne serez plus anonyme.
  • Un ou plusieurs pseudos? Il peut être intéressant de prendre un pseudo différent pour chaque compte : un réservé à ses amis sur MSN, un autre pour jouer en réseau, et un troisième pour son blog! Ainsi, on peut compartimenter les informations que l'on communique et mieux maîtriser qui y a accès.
  • Choisir un pseudo neutre: ni féminin ni masculin et éviter les pseudos pouvant avoir une connotation sexuelle: Sexyboy, Priscilla, lapinou, bambi, etc.
  • Pourquoi ne pas choisir des pseudos qui expriment vos goûts afin d'inciter ceux qui partagent vos passions plutôt que les autres à vous contacter?
  • Vous pouvez aussi inventer des noms qui n'existent pas et miser sur un pseudo original!

Source: Internet sans crainte

Gérer ses mots de passe

Les usurpations d’identité sont malheureusement des phénomènes qui sont devenus relativement courants. Il peut s’agir d’usurpations réalisées par des robots à des fins commerciales, ou encore provenir de véritables escrocs professionnels. Le plus souvent pourtant, et en particulier pour les jeunes, l’usurpation est le fait de camarades qui ont vu, deviné ou eu accès aux mots de passe qu’ils sont censés ignorés. Ou qui ont trouvé un compte grand ouvert. Ce qui pourrait s’éviter assez facilement, donc !

Sévèrement punies par la loi, les usurpations les plus fréquentes chez les jeunes concernent les comptes­ de messagerie, les profil Facebooks et les blogs . Parfois, des « hackers » s'en prennent aussi aux avatars des jeux en ligne en réseau, dont ils usurpent l'identité pour récupérer armes, points de vie et autres trésors permettant d'avancer plus vite dans leur quête.

Il arrive aussi assez souvent que quelqu'un quitte son ordinateur en laissant son compte ouvert. Le suivant n'a alors plus qu'à s'amuser à prendre la main sur son profil pour publier, en son nom, ce que bon lui chante.

En pratique, on se retrouve aors avec des messages ou commentaires­ (pas forcément sympathiques) posté en son nom,­ des secrets ou autres photos pas si bien gardés qui circulent dans la cour de récréation, ­une guilde désarmée, etc.

Conseils clés

  • C'est la base sur Internet, même si c'est un peu compliqué ­à retenir, il faut absolument­ choisir des mots de passe composés de minuscules + majuscules + signes.
  • Idem pour les mots de passe de son téléphone mobile ­pour protéger ses données, en particulier en cas de vol de portable
  • Penser à changer ses mots de passe régulièrement (tous les mois par exemple)
  • Eviter de prendre le même mot de passe pour tous ses comptes. Imaginez le phénomène en cascade si l'un d'entre eux était « piraté »...
  • Penser à se déconnecter avant de partir lorsque l'on est sur un ordinateur qui se trouve dans un lieu public comme les cybercafés. Sinon, la personne d'après peut tout savoir de vous, et bonjour les dégâts....

Source: Internet sans crainte

Gérer son profil

Pas si simple de gérer son profil sur les réseaux sociaux. D’abord parce cela prend du temps et que toutes les fonctionnalités que l’on peut paramétrer ne sont pas forcément accessibles immédiatement sur ces sites (courage pour le nombre de clics!), ensuite parce que cela demande des arbitrages complexes. Entre le fait de tout montrer de soi à tout le monde sans se poser plus de questions que cela jusqu’à la première mauvaise surprise, et limiter tous les contacts de sorte à ce qu’il ne serve plus à rien d’être sur un réseau… il y a de nombreuses positions intermédiaires qui demandent à être étudiées­!

Quel type d’amis est-ce que je souhaite avoir­? Est-ce que je veux «­mélanger­» tous mes contacts ou créer différents cercles d’amis qui ne se croiseront pas­? Lorsque je publie une photo, qui doit en être averti­? Si mes parents veulent devenir mes amis, je réponds quoi­? Qu’est-ce que je fais si l’on me notifie que j’ai­ un «­tag­» sur le mur de quelqu’un d’autre? Gérer ses relations et sa vie sur les réseaux sociaux n’est pas simple et demande de se pencher un minimum sur les outils mis à disposition pour ce faire. ­Dans tous les cas, dans ce monde où l’illusion de vivre des instants éphémères domine, il convient de ne pas oublier que toute action sur Internet laisse des traces, que les données personnelles ont une valeur marchande et peuvent être exploitées comme telles, ­et qu’il n’existe malheureusement pas encore de bouton «­effacer­» sur le web

Conseils clés­

Paramétrage

  • Prendre le temps d’explorer les options disponibles, ne pas se contenter des options par défaut.
  • Se poser les bonnes questions : qu’est-ce que je veux montrer à qui­?
  • Public ou privé ? Ce n'est pas le même type d'échange
  • Vérifier régulièrement que l'on est à jour - Les services évoluent vite et les nouvelles versions peuvent modifier vos choix.
  • Données personnelles
  • Inutile, à l'inscription, de fournir les informations facultatives
  • Ne livrer qu'un nombre limité d'informations personnelles, et surtout pas ses coordonnées, numéro de téléphone, etc.
  • Lire les conditions générales d'utilisation, même si elles sont longues­!
  • Ne pas mentir sur son âge. Les filtres par âge sont aussi là pour vous protéger.

Gérer son identité en ligne

  • Eviter la publication de textes ou d'images dévalorisante de soi et des autres­: elles pourraient être utilisées plus tard, par exemple par vos futurs employeurs
  • Utiliser régulièrement des moteurs de recherche pour savoir ce qui est visible de soi sur le net
  • En cas d'image ou info problématique détecté, réagir rapidement en demandant leur retrait à la personne/site qui l'a­ publié, en signalant au réseau social le problème,­ ou encore en saisissant la Commission de Protections des Donnees Personnelles: WWW.CDP.SN

Source: Internet sans crainte

Faire passer le bon message

La conversation en ligne, c'est tout un art­! Que vous chattiez ou échangiez sur un forum, que vous vous exprimiez sur Facebook ou postiez des commentaires sur des blogs ou des sites ­le style, c'est essentiel. Les mots que vous employez et le ton de vos messages déterminent pour beaucoup la nature de vos relations en ligne.

L'écrit en ligne obéit à des règles qui, pour ne pas être officielles, n'en sont pas moins là. Si l'on écrit pas sur un chat comme dans une dissertation, mieux vaut par exemple réserver l'écriture texto à son téléphone mobile si l'on veut avoir des discussions intéressantes qui vont au-delà de quelques phrases. Idem, pour s'assurer d'échanges courtois, rien de tel que d'employer soi-même un langage correct. C'est en effet l'une des lois les plus évidentes à observer sur le net­comme dans la vraie vie : il suffit d'un message de mauvais goût pour faire dévier une conversation jusque-là bien engagée. Enfin, des mots qui dépassent sa pensée, cela peut arriver très vite devant son clavier, et avoir des conséquences réelles dans la vraie vie. Cela mérite attention, pour ne pas perdre bêtement des amis­!

Conseils clés

  • On ne dit pas en ligne ce que l'on ne dirait pas en situation de face à face
  • On installe soi-même le ton de la discussion en s'exprimant. Pour recevoir de bons messages, le mieux est encore d'en publier de fantastiques
  • Le langage texto ne permet pas de discussions très poussées... le réserver à son mobile
  • Abuser des banalités et des smileys au détriment de vrais messages, c'est appauvrir la conversation et risquer de s'ennuyer rapidement
  • Quand on utilise des abréviations, s'assurer que tout le monde les comprend
  • Afin d'éviter de recevoir des messages incompréhensibles, plein de fautes d'orthographe, peu clairs... ne pas en commettre soi-même
  • Attention: la publication en ligne, même sur des messageries instantanées, d'insultes, menaces, incitations à la haine raciales sont des délits punis par la loi.

Source: Internet sans crainte

Publier correctement des photos ou des vidéos

Publier des photos et des vidéos sur des profils, blogs, sites communautaires, c'est bien sûr possible. Mais pas n'importe comment : ces publications répondent aux mêmes règles que celles de la presse classique en terme de droit d'auteur et de droit à l'image. Ainsi, publier des photos de ses amis ou de ses profs, copier-coller des photos trouvées n'importe où sur Internet, ou échanger des vidéos dont on n'est pas propriétaire sans autorisation de leurs auteurs, peut poser problème.

Le droit à l'image des personnes et au respect de leur vie privée dit qu'il est obligatoire d'obtenir l'autorisation des personnes, ou celles de leurs parents (en principe les deux) si elles sont mineures, avant de publier leurs photos sur Internet. Les atteintes volontaires portées à l'intimité de la vie privée par la diffusion d'images à leur insu ou par moyen de photomontages sont punies par la loi, il faut en être conscient. Mais au-delà de ces aspects légaux, le fait de systématiquement demander avant de publier des photos de quelqu'un d'autre et surtout de les transformer sur son ordinateur, procède juste du plus élémentaire savoir-vivre sur le net !

Conseils clés :

  • Tu publies ? Réfléchis. Ce que l'on met en ligne aujourd'hui peut potentiellement circuler dans le monde entier et rester sur Internet des années. Une photo d'une soirée arrosée entre amis publiée aujourd'hui pourrait par exemple causer du tort non seulement tout de suite mais aussi dans 15 ans...
  • Respecter le droit à l'image et le droit d'expression : pas de photo sans autorisation des personnes, pas de propos injurieux, racistes, diffamatoires. C'est la loi
  • Ne pas oublier que l'on doit appliquer la loi, même s'il s'agit d'amis
  • Vérifier de temps à autre que son image n'a pas été utilisée sans autorisation sur des blogs, des réseaux sociaux ou des sites (une simple recherche image sur un moteur de recherche peut apporter des surprises)
  • Créer ses propres images au lieu de copier celle des autres, ce qui sera plus original aussi !
  • Etre conscient que l'éditeur d'un blog est AUSSI responsable de la publication de photos / vidéos postés comme commentaires sur celui-ci

Source: Internet sans crainte

Ne pas (se) laisser faire

Comme le montrent de nombreuses études,­ les problèmes les plus nombreux rencontrés par les jeunes sur Internet viennent des autres jeunes. Y compris les avances sexuelles. Autant le savoir et apprendre à réagir au cas où­!

Les menaces les plus fréquentes sont l'intimidation et le harcèlement par les pairs, le plus souvent sur les réseaux sociaux propices à toutes les formes de relations, même les moins sympathiques. Si les victimes n'y sont souvent pour rien,­ il est intéressant de savoir que certaines attitudes sont susceptibles de provoquer dans les communautés des messages peu agréables. Dans tous les cas, le harcèlement n'est pas une fatalité mais un phénomène inacceptable, que l'on peut­ éviter et contre lequel il existe des moyens de réagir.

Conseils clés

  • Ne pas laisser la situation s'aggraver: en parler rapidement à des amis, des adultes
  • Essayer de résoudre le problème directement avec le/les harceleurs si vous les connaissez. Ou demander à ses parents / enseignants d'intervenir si l'on n'y parvient pas.
  • Si rien n'y fait, sachez que le harcèlement est un délit et­ qu'il est possible de porter plainte au commissariat.
  • Ne pas répondre aux messages problématiques. Cela risquerait d'encourager leur auteur
  • Conserver les messages comme preuve. Il est capital d'avoir des traces des incidents pour demander de l'aide ou porter plainte
  • Une fois les preuves collectées, bloquer les expéditeurs/comptes indésirables
  • Ne pas hésiter à désactiver ses comptes, à changer d'adresse mail et de carte sim le temps que le problème soit résolu, pour être tranquille.
  • Signaler le problème aux administrateurs des sites web sur lesquels se produisent le harcèlement, et en ce qui concerne les contenus potentiellement illégaux (haine raciale, discrimination, pédopornographie...) les dénoncer aux autorités sur WWW.CDP.SN

Source: Internet sans crainte

Images choquantes

Créé par des adultes pour des adultes au départ, et nourri par tout un chacun pour des millions d’excellentes et de moins bonnes raisons, Internet n’est pas exempt d’images qui peuvent choquer les utilisateurs. Si certaines sont illégales (pédopornographie, incitation à la haine raciale..), les images violentes, pornographiques ne le sont pas toujours. L’essentiel, lorsque l’on navigue est donc d’abord de savoir sélectionner ses sites pour éviter de se trouver confronter à des contenus que l’on ne souhaite pas voir. Il est également important de savoir quoi faire en cas d’image interdite, pour se protéger mais aussi pour agir et éviter que d’autres jeunes fassent la même expérience.

Conseils clés :

  • Sur Google, Yahoo!, Youtube, Dailymotion et ailleurs, se méfier des recherches avec un seul mot sur des prénoms (Lola) ou noms (calin, poupée, cochon...) pouvant prêter à confusion. Privilégier les recherches détaillées comportant plusieurs termes. Plus vous êtes précis, moins vous prenez de risque.
  • Ne pas cliquer sur tous les pop-ups qui passent par là.
  • On est pas sur Internet pour se faire du mal­! Si quelque chose de légal mais moche vous met mal personnellement mal à l'aise,­ passez votre chemin­!
  • Eviter les sites « interdit aux moins de 18 ans ». S'ils sont ainsi labellisés, il y a des raisons.
  • En cas de contenu ou comportement choquant sur un jeu en ligne, s'adresser au webmaster.
  • Et puis, éviter de montrer à ses petits frères et sœurs des images qui ne sont pas encore pour eux. Ce qui faire rire un jeune peut horrifier un enfant­!

Source: Internet sans crainte

Protéger ses données personnelles

Parce qu’il fait partie de sa vie la plus privée, on oublie parfois qu’Internet est un ESPACE PUBLIC où les données publiées non privatisées par des réglages spécifiques sont accessibles à tous. Ces données sont potentiellement publiées dans la terre entière pour des années, voire revendues à des sociétés. La protection de vos données personnelles est sans aucun doute l’enjeu majeur à relever lorsque vous êtes sur le web. Un clic malheureux est vite arrivé, pensez-y !

Vos données ont de la valeur. Beaucoup de valeur. C’est en effet la vente et l’exploitation de bases de données qui est au cœur même de l’économie du web aujourd’hui. Les entreprises sont en effet prêtes à payer très cher des bases de données ciblées, qui leur permettent de toucher exactement le type de personnes qui pourrait être intéressée par leurs informations, leurs produits et leurs services (on appelle cela le profiling). Or c'est exactement le type d’information que l’on laisse en navigant, que l’on publie sur ses profils, ou que l’on donne dans certains formulaires…

Conseils clés

  • Donner le minimum d’informations personnelles sur Internet
  • Inutile de répondre aux questions non précédées d’une * sur les formulaires d’inscription
  • S’interroger sur le pourquoi des demandes d’information. Il est normal de requérir une adresse pour une livraison, moins pour participer à une communauté en ligne…
  • Avoir en tête qu’une information publiée sur Internet peut ensuite être utilisée, copiée, diffusée…
  • Etre vigilant sur les applications gratuites, de type jeu Facebook, qui obligent à donner un droit d'accès à ses données pour bénéficier de leur service
  • Et bien sûr, paramétrer ses comptes pour que ses données restent privées
  • Pour votre sécurité sur Internet, Contactez la Commission de protection des Données Personnelles ( WWW.CDP.SN )

Source: Internet sans crainte

Conseils pratiques

Bien utiliser Internet pour en mieux profiter est un art qui, comme tout autre, a son B A - BA. Si on commençait tous par réviser nos bases ?

C'est parti...

  • Choisis des mots de passe composés de minuscules + majuscules + signes, change-les régulièrement et ne prends pas le même mot de passe pour tous tes comptes. Tu imagines si l’un d’entre eux était « piraté »…
  • Ne te limite pas à quelques sites connus : explore le web et sélectionne des sites de qualité qui correspondent à tes intérêts.
  • Vérifie l’information que tu trouves sur les sites en croisant tes sources, choisissant des auteurs sérieux, regardant la date de publication, etc.
  • En naviguant, reste prudent. Si quelque chose te met mal à l’aise, éteins tout de suite l'écran, et parles-en. S’il s’agit d’un site illégal, demande à tes parents de le signaler sur WWW.CDP.SN
  • Internet est un espace public : ne donne pas d'informations personnelles sur les blogs, sites, ni sur Facebook. Quant aux formulaires d’inscription, tu n’es obligé de remplir que les informations précédées d’une *.
  • Ne te fais pas avoir : tes données ont de la valeur et peuvent être commercialisées. Ne les communique pas sans vérifier à quoi elles vont servir. Si tu vas sur des sites commerciaux gratuits, demande-toi comment ils font pour gagner de l’argent…
  • Tu publies ? Réfléchis. Ce que tu mets en ligne aujourd’hui peut potentiellement circuler dans le monde entier et rester sur Internet des années. Une photo d’une soirée arrosée entre amis publiée aujourd’hui pourrait par exemple te causer du tort non seulement tout de suite mais aussi dans 15 ans…
  • Respecte le droit à l’image et le droit d’expression : pas de photo sans autorisation des personnes, pas de propos injurieux, racistes, diffamatoires. C’est la loi et n’oublie pas que tu es aussi responsable des commentaires que les autres publient sur ton blog.
  • Sur Facebook, Skyblog, Myspace, Habbo… choisi bien tes amis,­ ne dis/montre pas n’importe quoi à n’importe qui et paramètre bien tes comptes. N’allume pas non plus ta webcam quand tu es connecté avec des gens que tu ne connais pas.
  • Tu veux vraiment rencontrer quelqu’un que tu as connu sur Internet ? Fais-toi accompagner absolument et organise le rendez-vous dans un lieu public fréquenté.
  • Si jamais tu es harcelé sur le web, ne te laisse pas faire. Parle-en à des amis ou des adultes pour que cela cesse. On compte aussi sur toi pour ne pas fermer les yeux si tu es au courant d'une histoire de ce genre.
  • Tu joues en ligne ? Reste maître du jeu : gère bien ton temps et tes contacts. Et puis, si tu télécharges, fais-le légalement…
  • Et surtout n'oublie pas que l'autorité est la pour te protéger, contactez WWW.CDP.SN pour tous vos problèmes sur Internet.

Source: Internet sans crainte

Facebook paramétrer son compte

Comme nous ne cessons de le dire, sur Facebook, l'essentiel c'est de savoir bien paramétrer son profil.
Ceci étant, les paramétrages Facebook ne cessant d'évoluer, nous préférons vous donner ici une idée générale des choses auxquelles être attentif... plutôt qu'être obsolètes avant même de n'avoir eu le temps de nous relire :)

Les points de vigileance (attention, il arrive régulièrement que de nouvelles versions de Facebook modifient vos réglages) :

  • Avez-vous bien lu les conditions et la politique d'utilisation de Facebook ?
    Oui, c'est long, fastidieux et écrit petit ! Mais c'est le ticket d'entrée à payer pour être au courant de ce que vous signez à l'inscription
  • Nous sommes surs que vous avez bien paramétré votre compte ! Au cas où, le mot à chercher est "confidentialité", et l'image est celle d'une petite roulette, type engrenage
  • En ce qui concerne votre nom d'utilsateur, selon ces fameuses conditions d'utilisation, sachez que vous êtes censés donner votre vrai nom. Un certain nombre de personnes défendent en revanche l'idée qu'il vaut mieux au contraire utiliser un pseudo, quitte à ce que les gens qui vous connaissent ne puisse vous retrouver sur le moteur de recherche.
  • L'un des points les plus importants à vérifier est la liste des personnes qui peuvent voir vos futures publications (tous et alors elles sont publiques, à certaines­ listes d'amis, à tous les amis...)
  • Idem pour ceux qui peuvent vous retrouver à partir de votre mail ou numéro de téléphone.
  • Décider qui peut publier sur votre journal. Ou pas
  • Sélectionner toutes les options qui vous permettent de savoir lorsque vous avez été taggué, qui a publié sur vous etc. C'est un très bon moyen de mieux gérer sa réputation en ligne.
  • Prendre le temps de se constituer des listes d'amis. Et de les mettre à jour régulièrement (un ami de la liste "vague connaissance" peut devenir "proche", et vice versa)
  • C'est fait ? Bravo!
  • Ce n'est pas fini.... puisque la question de "qu'est-ce que je publie à qui" est à se poser à chaque publication
  • La question : suis-je encore ami avec tous mes amis mérite aussi de se poser régulièrement. Plus l'on est volage, plus ce sera souvent.

Source: Internet sans crainte

Gérer ses amis

C’est quoi un ami à l’ère de Skype, Facebook, Twitter, Youtube, Skyblog...? Quelqu’un qui figure sur sa liste de contacts ? Un inconnu auquel on peut tout dire ? Mais alors, est-on sûr qu’il ne répétera pas ? Un pseudo que l’on aimerait bien rencontrer dans la « vraie vie » un jour ? Une oreille dans le désert informatique ? Tous ces amis-ci sont-ils du même ordre et à traiter de la même façon ? Avouons-le, l’amitié n’a jamais été aussi riche et compliquée !

Essentiellement, la seule réponse à toutes ces questions est… de se poser les bonnes questions. Quel type d’amis est-ce que je souhaite avoir ? Est-ce que je veux « mélanger » tous mes contacts ou créer différents cercles d’amis qui ne se croiseront pas ? Lorsque je publie une photo ou un message, qui doit en être averti ? Si mes parents veulent devenir mes amis, je réponds quoi ? Après, à chacun de choisir sa posture, son crédo et de gérer son profil et ses publications en fonction. Seule règle d’or : ne pas agir en aveugle en imaginant que cela n’aura aucune conséquence.

Conseils clés

• Savoir dire « non » est l’une des compétences clés sur les réseaux ! Non, on peut ne pas vouloir être ami avec quelqu’un. Non, on peut ne pas avoir envie d’accepter que sa photo soit tagguée. Non, on n’a pas à accepter que l’on dise n’importe quoi de soi.

• Se constituer des listes séparées d’amis, avec lesquelles on communiquera différemment : les amis proches, les connaissances, la famille, les camarades de sport, etc.

• Sur les plateformes qui le permettent, réserver l’utilisation de la webcam aux gens que l’on connait bien. Et se rappeler que les images transmises peuvent être enregistrées et diffusées.

• En cas de rendez-vous avec quelqu’un rencontré sur le web, se faire accompagner et aller dans un lieu public fréquenté.

Source: Internet sans crainte

Soigner sa réputation

Pas si simple de gérer son image sur les réseaux sociaux. D’abord parce cela prend du temps et que toutes les fonctionnalités que l’on peut paramétrer ne sont pas forcément accessibles immédiatement sur ces sites, ensuite parce que cela demande des arbitrages complexes. Entre le fait de tout montrer de soi à tout le monde sans se poser plus de questions que cela jusqu’à la première mauvaise surprise, et limiter tous les contacts de sorte à ce qu’il ne serve plus à rien d’être sur un réseau… il y a de nombreuses positions médianes qui demandent à être étudiées !

Même si ce n’est pas le plus drôle, il convient de se pencher un minimum sur les outils de protection de ses données mis à disposition par les réseaux. Dans ce monde où l’illusion de vivre des instants éphémères domine, il convient aussi de ne pas oublier que toute action sur Internet laisse des traces, et qu’il n’existe malheureusement pas encore de bouton « effacer » sur le web

Conseils clés

• Eviter la publication de textes ou d'images dévalorisante de soi et des autres : elles pourraient être utilisées plus tard, par exemple par vos futurs employeurs

• Ne pas accepter de se faire tagger systématiquement

• Utiliser régulièrement des moteurs de recherche pour savoir ce qui est visible de soi sur le net

Twitter Comment protéger ses données ?

Comme pour tous les réseaux sociaux, il est essentiel de bien paramétrer son compte sur Twitter.

Paramétrer­

Pour paramétrer votre compte, cliquer sur l’icône Profil et ensuiter sur Paramètres

Plusieurs choix s’offrent à vous :

• Appliquer l’option confidentialité à vos tweets

Vous pouvez ainsi choisir les personnes qui peuvent suivre votre activité en acceptant ou refusant leur demande. Votre compte Twitter n’est alors plus public (comme le sont la majorité des comptes twitter qui existent) mais privé.

Si vous ne sélectionnez pas cette option n’importe qui pourra voir vos messages et vous suivre.

confientialité twitter

­

• Ajouter une localisation à vos Tweets

Si vous choisissez d’être géolocalisé, vos abonnés seront à même de savoir d’où vous publiez vos tweets. Dans ce cas, cochez la case "ajouter une localisation à mes Tweets". Mieux vaut cependant réfléchir à deux fois avant de choisir cette option.

­

localisation twitter

• Vérifier et bloquer l’accès à une application extérieure

Toujours dans les paramètres, allez sur l’onglet Applications pour contrôler les services tiers qui ont accès à votre compte et ainsi à vos données. Vous pouvez leur révoquer l’accès en cliquant sur le bouton prévu à cet effet.

services tiers reglage

• Désactiver votre compte

En bas de la page paramètres, en dessous du bouton Sauvegarder, vous avez un lien pour supprimer votre compte Twitter. Vos données personnelles seront conservées durant les 30 jours suivants puis ensuite supprimées définitivement.

désactiver compte

Envoyer des messages privés

Il est aussi possible d’envoyer des messages privés à l’un de vos abonnés (visibles uniquement par lui).

Ces messages permettent de parler en toute exclusivité à une personne choisie et de préserver une certaine vie privée.

­

Dans l’icône Profil cliquez sur : Messages privés > nouveau message > tapez le nom du destinataire > envoyer

Vous pouvez envoyer des messages uniquement à des personnes qui vous suivent sur Twitter (à vos followers).

Source: Internet sans crainte

Twitter Comment supprimer un tweet ?

Il n’est jamais trop tard pour supprimer un message que vous avez publié. En revanche, attention, il n'existe pas de bouton de signalement sur Twitter qui permette de signaler la publication de messages illicites ou autres images volées vous concernant.

Pour effacer un tweet qui ne vous conviendrait pas, connectez-vous à Twitter puis :

1. Allez sur votre profil

2. Dans votre fil de tweets, identifiez celui que vous désirez supprimer

3. Passer le curseur dessus puis cliquez sur "Supprimer"

Votre twitt a disparu du réseau ! Toutefois, il peut rester des traces de celui-ci dans la recherche pendant quelques temps.

Source: Internet sans crainte

Le problème sur Internet n’est pas de trouver de l’information mais LA BONNE information ! Faites le test, tapez un mot comme « seconde guerre mondiale » ou « Molière « sur un moteur de recherche. Combien de résultats ? Des millions ! Où aller ? Le premier de la liste n’est évidemment pas forcément le meilleur. Et arriver jusqu’au dernier demande tellement de clics… Alors ?

Dommage mais Internet n'a pas inventé la connaissance instantanée, et pour utile qu'il soit, Wikipedia n'est pas la bible des temps modernes. D'une part parce que la qualité des informations que l'on y trouve demande à être vérifiée. Et puis parce que ce que vous cherchez est peut-être ailleurs. Il serait tellement triste que tous les savoirs, idées, points de vue de la terre entière se trouvent sur un seul et même site !
Donc, si la première chose est d'apprendre à mieux chercher en précisant sa demande, la seconde est surement de se donner le temps d'aller voir, de lire, de se renseigner sur les éditeurs des sites, de comparer diverses sources en ligne, de consulter d'autres sources d'information comme les livres, les musées ou les gens que l'on connait... bref de retrouver le rythme et la logique de l'enquête.

Conseils clés­

  • Il n'y a pas que Google comme moteur de recherche. Il est intéressant d'en consulter d'autres et d'aller voir également du côté des annuaires, des encyclopédies en ligne, des sites universitaires, de ceux des musées ou institutions spécialisées par exemple.
  • Pourquoi se limiter à quelques sites connus­?­ Il est passionnant d'aller explorer le web pour dénicher des sites de qualité qui correspondent à ses intérêts. On peut alors les enregistrer dans son marque-pages.
  • Préciser au maximum sa demande, typiquement en tapant plusieurs mots et évitant les termes trop généralistes
  • Vérifier l'information en croisant ses sources, choisissant des auteurs sérieux, regardant la date de publication, de mises à jour, etc. Consulter la page de présentation du site pour savoir sa raison d'être, son objectif, ses auteurs.
  • Et pour éviter les sites porno ou ultra-violents, régler Google sur "search strict", dans la rubrique paramétrage.

Source: Internet sans crainte

Savoir faire le tri

Sur les espaces communautaires, tout un chacun peut s’exprimer à sa guise dans la limite du respect de l’autre. C’est là l’une des grandes richesses d’Internet. Et l’un de ses travers si l’on croit tout ce que l’on y lit. Si l’on peut trouver d’excellents conseils et des opinions fort intéressantes, le contraire est également vrai et l’espace est propice à des tentatives de manipulation diverses. D’où l’importance de ne pas croire n’importe quoi.

On sait par exemple que certaines entreprises ciblant les jeunes utilisent des chats, forums pour tenter de vendre indirectement leurs produits. Certains blogueurs acceptent aussi de l'argent pour vanter les services ou produits de sociétés privées.

Conseils clés­

  • Vérifier systématiquement les informations trouvées
  • Chercher à comprendre les motifs de l'auteur, connaître son niveau de compétence sur le sujet traiter etc
  • Etre attentif lorsque l'on vous propose de passer d'un chat public à un chat privé, où les propos échangés le seront sur un mode individuel et donc moins sujets à être contestés par d'autres
  • C'est rare, mais cela existe­: se méfier des groupes ­idéologiques qui utilisent ces médias pour influencer leur auditoire

Source: Internet sans crainte

Les paroles s’envolent, les écrits restent

L’une des particularités des blogs, chats, et forum est l’utilisation importante de l’écrit, parfois sur le mode de l’anonymat qui donne à son auteur une illusion d’impunité. C'est également vrai d'ailleurs sur les réseaux sociaux de type Facebook ou Twitter à la différence près que les gens s'y expriment plus souvent sous leurs vrais noms. Souvent publiés sans trop réfléchir, les écrits que l’on trouve sur ces plateformes laissent aussi souvent à désirer – non seulement sur la forme – mais sur le fond, parfois un peu pauvre ou un peu limite…

Force est de constater que la ligne rouge est régulièrement franchie en ligne. Propos racistes, d'incitation à la violence, diffamation, atteinte au respect de la vie privée... les auteurs «­se lâchent­» derrière l'écran de leur ordinateur sans forcément réaliser que, comme dans la presse, ce type de publication est illégale et peut être punie. Insulter un enseignant sur le blog d'un camarade par exemple peut évidemment avoir de graves conséquences. Et le fait d'avoir utilisé un pseudo n'y changera pas grand-chose.

Conseils clés­

  • Formuler ses messages de façon à ce qu'ils soient compréhensibles hors contexte­: si c'est une blague, dites-le clairement­!
  • Adopter un niveau de langage approprié
  • Pour avoir des messages de qualité, lancer un débat... de qualité­!
  • Garder en tête le fait que la plupart des forums conservent les messages publiés pendant longtemps
  • Et que les propos publiés sur des espaces publics (non paramétrés en mode privés) peuvent être référencés par les moteurs de recherche
  • Ne pas s'imaginer qu'un pseudo garantit l'anonymat. En cas de poursuite, la police peut remonter facilement à l'identité des auteurs.
  • Avant de publier un texte, se demander si l'on sera à l'aise dans 10, 20,30 ans en retrouvant ce texte sur Internet
  • Avoir conscience que l'auteur d'un blog est légalement responsable de tout ce qui s'y publie, commentaires compris (d'où l'importance d'exercer une modération éclairée des sites et blogs que l'on anime).

Source: Internet sans crainte

Jouer, mais pas trop

Comme vous le savez tous, il y a jeu vidéo et jeu vidéo et VOS jeux vidéo à vous… Mais vos parents sont-ils au courant ? Sachant que les jeux vidéo sont la première cause de disputes dans les familles – eh oui - une bonne idée serait sans doute que vous discutiez un peu avec vos parents de ce à quoi vous jouez, et pourquoi. En général, cela aide de se comprendre. Pour se mettre d’accord sur vos temps de jeu par exemple.

­

L'une des grandes questions autour des jeux vidéo (avec la question de savoir si les jeux vidéo rendent violents et/ou idiots...) est de savoir gérer son temps. On sait que 4% des jeunes - donc en moyenne statistique plus d'un par classe - ­passe plus de 8 heures par jour en ligne, en général à jouer, et pourquoi pas la nuit si sa tribu est à l'autre bout du monde, décalage horaire oblige.­ Là, c'est clairement un souci.
Pour la grande majorité, le défi est plutôt de savoir s'organiser pour ne pas abuser du jeu, ne pas empiéter sur ses études, ses amitiés ou son sommeil, bref avoir le temps de faire autre chose.

Conseils clés­

  • Se fixer des temps de jeu, et les respecter.
  • Pour bien choisir son jeu, consulter le système PEGI (symboles figurant sur les boites)
  • Eviter de faire jouer ses petits frères et sœurs à ses jeux favoris avant l'âge
  • Respecter les règles habituelles de prudence durant les communications en ligne avec d'autres joueurs­: ne donner aucune info personnelle, ne pas répondre aux demandes inappropriées et surveiller ses propose. En cas de doute ou de souci, faire appel au maître du jeu.

Source: Internet sans crainte

Attention à son porte-monnaie

Un jeu totalement gratuit, ça existe rarement. Il faut bien que les éditeurs de jeux gagnent leur vie ! Comment font-ils ? Parmi les types de revenus les plus fréquents : la publicité, les abonnements, la vente d’objets ou monnaie virtuels ou encore la vente de données.

Souvent, les jeux offrent des accès gratuits aux internautes pour leur faire prendre goût à leur univers, puis les invitent à s'abonner ou acquérir des biens virtuels pour accéder à des niveaux de jeu supérieurs ou progresser plus vite. Environ 60% des joueurs achètent de tels objets, en utilisant des modes de paiement qui font débat. Par exemple, le paiement téléphonique avec des numéros surfacturés est souvent dénoncé par les parents qui se retrouvent avec des factures de téléphones inattendues, où par les jeunes qui payent par SMS de leur mobile sans savoir que ces messages particuliers ne sont pas inclus dans leur forfaits.

­Conseils clés­

  • Avatars, armes, points de vie, argent virtuel, abonnements... attention à vos finances
  • Avant de payer par téléphone, se renseigner sur les tarifs et les mode de facturation (compris ou non dans le forfait téléphonique)
  • Respecter évidemment le droit d'auteur et ne pas télécharger illégalement de jeu.­

Source: Internet sans crainte

Comprendre PEGI

Vous connaissez sans doute les pictogrammes PEGI qui se trouvent sur les boites de jeux vidéo. Mais savez-vous vraiment ce qu’ils recouvrent ? Le système européen d’information sur les jeux « Pan European Game Information » est une classification des jeux vidéo qui vise à informer les consommateurs et utilisateurs de jeux vidéo sur l’âge minimal conseillé et sur la présence éventuelle de contenus qui pourraient poser souci aux mineurs.

Le PEGI a été créé à l’initiative des éditeurs européens de jeux en 2003. Présente sur pratiquement tous les jeux, la signalétique est soutenue par l’Union européenne. Ce sont deux organismes indépendants qui labellisent les jeux; un organisme pour les 3 et 7 ans, l’autre pour les 12, 16 et 18 ans.

LES PICTOS D’AGE

Attention ! PEGI est une classification par contenu, et non pas une classification par compétence. Ainsi, un jeu classé « +3 » ne veut pas dire qu’il est adapté seulement aux enfants de 3 ans, il veut simplement dire qu’il ne comporte pas de thèmes susceptibles de choquer des enfants de 3 ans. Ce jeu noté 3 peut donc parfaitement être adapté aux jeunes de votre âge, voire à vos parents !­

Il est aussi à noter que cette classification vise le comportement actif du joueur. Ce n'est pas la même chose que la signalétique à la télévision qui correspond à des comportements passifs. Ne soyez donc pas étonnés si un film et le jeu qui va avec n'ont pas la même classification. On estime en effet par exempe que c'est une chose de regarder une scène de violence, et une toute autre chose que de participer à un acte de violence.

Pour les jeux en ligne­Le système PEGI distingue­trois situations­:

-le jeu acheté propose un mode multi-joueurs en ligne, qui permet souvent de communiquer avec les autres joueurs et parfois d’effectuer des achats supplémentaires :

-le jeu en ligne de moins de 250 Mo et gratuit ne présente pas d’élément pouvant nuire aux enfants : les éditeurs peuvent obtenir le label « PEGI OK » :

-les fournisseurs de jeux en ligne peuvent se soumettre au label « PEGI ONLINE » qui vient compléter le système PEGI. Il vise deux objectifs : protéger les enfants contre les jeux aux contenus inappropriés et informer les parents sur les effets potentiels de l’environnement en ligne.

Conseils clés

  • N'ayiez pas honte de jouer à un jeu +7. Ca n'a rien à voir avec l'âge
  • Evitez de faire jouer vos petits frères et soeurs à vos jeux. Attendez qu'ils grandissent un peu, certaines choses qui vous amusent peuvent un peu les traumatiser :)

LES PICTOS SUR LES JEUX ACHETES :

Le jeu ne pose pas de souci à partir de 3 ans

Le jeu est conseillé à partir de 7 ans…

Le jeu n'est conseillé qu'à partir de 12 ans

Le jeu n'est conseillé qu'à partir de 16 ans

Le jeu est réservé aux adultes

LES PICTOS DE CONTENU

Un deuxième élément est retenu dans la classification : le type de contenu présent dans le jeu. Pour faciliter sa compréhension, une description textuelle est dorénavant présente sous le symbole. Il en existe huit, chacun illustrant un type de contenu différent :

* Ce jeu contient des scènes de violence

* Ce jeu fait usage d'un langage grossier

* Ce jeu se réfère à la consommation de drogues (boissons alcoolisées et tabac inclus) ou y fait allusion

* Ce jeu contient des images susceptibles d'inciter à la discrimination

* Ce jeu risque de faire peur aux jeunes enfants

* Ce jeu apprend et (ou) incite à parier

* Ce jeu représente des nus et (ou) des comportements ou des allusions sexuelles