Reforme du code des télécommunications du Sénégal: Appel à contribution citoyenne

Le nouveau code doit affirmer le caractère essentiel des télécommunications pour l’identité et la souveraineté sénégalaise. Ainsi, la participation citoyenne est nécessaire afin d’avoir un code des télécommunications du Sénégal qui vise à:

  • Favoriser le développement des télécommunications partout au Sénégal en un système qui contribue à sauvegarder, enrichir et renforcer la structure sociale et économique du Sénégal;
  • Permettre l’accès aux Sénégalais dans toutes les régions — rurales ou urbaines — du Sénégal à des services de télécommunication sûrs, abordables et de qualité;
  • Promouvoir l’accession à la propriété des entreprises sénégalaises, et à leur contrôle, par des sénégalais et accroître leur efficacité et compétitivité, au niveau national et international.
    Lire la suite

Note sur internet et les réseaux sociaux

Dans cette période de crise économique et sociale que vit le Sénégal, nous observons une recrudescence de la haine et de son expression, violences physiques et verbales. Une montée en puissance de la haine qui n’épargne personne et se reflète dans les activités quotidiennes des citoyens et ainsi sur Internet et ses réseaux sociaux qui deviennent de jour en jour nos outils d’expression.

Par son caractère viral, immédiat et international, Internet et ses réseaux sociaux seraient donc un amplificateur sans précèdent du discours de haine ou des diffamations qui avant, atteignaient difficilement, la sphère publique. Ainsi, Internet est considéré par une partie de l’opinion comme un espace dangereux pour la paix sociale. Des lors, la question est posée de savoir quelle solution à apporter contre les discours discourtois et racistes.

Le Ministère des postes et télécommunications du Sénégal légalise la censure d'internet, nos libertés menacées

Le projet de code des communications électroniques révisé de mai 2017 du Ministère des Postes et Télécommunications du Sénégal, aux frais du contribuable sénégalais, se servant des citoyens comme alibi dans une pseudo-consultation, en plus de contenir beaucoup d’articles problématiques, imprécis, flous, et des manquements délibérés comporte des dispositions qui portent atteinte directement aux droits fondamentaux des sénégalais.

En effet, après avoir consacré un accès ouvert à internet en son article 26­; l'article 28 du même code insère des exceptions à la neutralité du net sous le couvert de mesures raisonnables de gestion du trafic.